Español · Català · English · Français · Deutsch
>> PROJECT OUALATA 
© Alfons Rodríguez  

Une magnifique ville en plein coeur du desert
  Lorsque l’on arrive pour la première fois à Oualata, nous sommes éblouis par la luxuriante décoration de ses maisons d’argile rouge. La couleur de ces constructions est d’une grande beauté et le silence du désert qui entoure la ville est réellement magique et émouvant.

L’architecture de Oualata nous démontre sa capacité à s’adapter au rude milieu qu’est le climat désertique tout en ayant du goût pour l’ornementation et l’esthétisme du filigrane. Son centre historique a d’ailleurs été déclaré par l’UNESCO Patrimoine de l’Humanité en 1996.

Chacun des éléments urbanistiques de Oualata correspond à une certaine vocation urbaine. En effet, en parcourant la ville, nous pouvons apercevoir des vestiges de son ancienne muraille et ces différents rihab ou petites places au centre desquelles se trouve un puit central et où se rejoignent des petites ruelles. Il ne faut pas oublier de nommer également les zullaylat, une sorte de petites ruelles couvertes situés dans des lieus aérés qui servent souvent aux autochtones de point de rencontre, pour profiter de l’ombre ou encore pour se protéger de la chaleur et se reposer. Mis à part ces éléments caractéristiques, il ne faut pas oublier de faire une complète description architecturale de Oualata et de parler de ces nouveaux quartiers de construction récente mais aussi de quelques bâtiments administratifs et militaires propres à cette ville frontalière.

Il faut également insister sur la Batha, ou digue, dans laquelle est recueillie l’eau des pluies et où viennent s’abreuver les bétails de chameaux, de chèvres et de vaches des habitants de Oualata mais aussi de ceux des campements de nomades de ses alentours.

La couleur des maisons attirent plus particulièrement l’attention des touristes. Cette couleur vient d’un mélange qui recouvre la maçonnerie des constructions et qui est fait à base d’excrément de vache, d’eau et de pigment d’oligiste. Mais ces édifices sont également caractéristiques de par leur structure, dont la fonctionnalité est la principal acteur. Ainsi, les ebembi qui sont d’épais bancs permettent de renforcer les murs contre l’érosion et servent à la fois de siège propice à la conversation et qui sont utilisés par les habitants comme lieu de rencontre en fin d’après-midi ou au coucher du soleil.

La distribution des espaces de la maison traditionnelle oualatie, qui comporte normalement deux étages, répond au schéma :

L’entrée ou façade décorée.
El-hawsh, ou cours intérieure.
Kettu, ou salle d’hiver.
Segfe, ou chambre intérieure.
Derb, ou salle d’été.
Makem, ou almazem.
Stahj, ou terrasse.
Surur stahj, ou terrasse principale.
El-Qerb, ou chambre du haut.

       

 

Si vous voulez plus d’information pour voyager à OUALATA, écrivez-nous.
Projet réalisé par : Avec la collaboration de :
  FNSAV Fundació Solidaritat UB              
Avec le soutien de :
Agencia Española de Cooperación Internacional
Generalitat de Catalunya                                  Ajuntament de Sant Feliu de Llobregat
Creative Commons License
Esta obra está bajo una licencia de Creative Commons.